COVID-19 : Internationalisation post -COVID- L’importance d’être bien accompagné

 

L’écosystème exportateur français est riche d’acteurs publics et privés spécialisés dans l’accompagnement à l’internationalisation des entreprises françaises. Les travaux académiques des dernières décennies plaident en faveur de cet accompagnement qui permet à l’entreprise de renforcer ses connaissances, ses pratiques d’affaires, son réseau de relations et sa gestion des risques. A la lumière de la crise actuelle qui va probablement changer la face du commerce international, être accompagné dans sa démarche d’internationalisation pourrait devenir plus stratégique que jamais ! 

En effet, bien malin qui peut dire quelles seront les évolutions réglementaires, logistiques et de marché des prochains mois. Pour réussir sur la scène internationale d’après-crise, les entreprises devront repenser leur approche des marchés, accepter de faire autrement et de plus collaborer, mais aussi peut-être se retirer de certains marchés pour se repositionner sur de nouveaux. Adaptation, flexibilité et collaboration seront certainement les mots d’ordre.

Dans ce contexte, les acteurs de l’accompagnement font office de vrais collaborateurs stratégiques potentiels. Grâce à leur expertise et leurs réseaux en France et à l’étranger, ils s’avèrent particulièrement bien outillés pour identifier les signaux faibles, créer de nouvelles connexions avec les acteurs clés et aider les entreprises à adapter leur stratégie chemin faisant au gré des changements dans les marchés internationaux visés. En ce sens, l’accompagnement devient un ingrédient essentiel de la stratégie d’internationalisation de l’entreprise.

Le caractère stratégique de l’accompagnement à l’international peut s’observer sous plusieurs formes. Il est stratégique car il apporte à l’entreprise des ressources qui lui permettent, une fois combinées à son ensemble de ressources déjà existant, de surpasser la concurrence et d’améliorer sa performance. Mais il est aussi stratégique au sens du management stratégique, car le choix des services d’accompagnement et le moment où ils sont mobilisés n’est pas anodin pour l’entreprise. Par conséquent, pour optimiser l’influence de l’accompagnement à l’international dans un monde mouvant, l’entreprise devra mener une réflexion stratégique sur l’usage des services d’accompagnement, calibrée sur la démarche stratégique « analyse – décision – déploiement ». 

En premier lieu, l’analyse stratégique externe conduite par l’entreprise devra aborder la question des acteurs de l’accompagnement à l’international (publics comme privés) et des solutions ou services existants, dans le marché domestique comme à l’étranger. A ce titre, les acteurs de l’accompagnement ne manquent pas de réactivité face à la crise du COVID-19 pour proposer de nouveaux services. L’analyse stratégique interne permettra à l’entreprise de faire le lien entre ses ressources et compétences disponibles, ses besoins en ressources additionnelles et les services d’accompagnement à l’international disponibles. Suite à quoi, les décisions stratégiques vis-à-vis de l’internationalisation intégreront la question des services d’accompagnement sélectionnés, en accord avec les besoins de l’entreprise et au regard des objectifs poursuivis à travers le temps.

Enfin, en matière de déploiement stratégique, l’entreprise s’assurera que les services utilisés génèrent bien l’effet attendu, prendra des mesures en cas d’écarts, et cherchera à identifier de nouveaux services d’accompagnement au gré des stratégies émergentes. 

Autrement dit, à l’aune du nouveau monde des affaires internationales, il est plus que jamais nécessaire que les entreprises s’appuient sur les experts pour faire face aux nombreux enjeux et inconnues. Pour cela, elles devront adopter une vraie stratégie d’accompagnement à l’international, imbriquée dans leur stratégie d’internationalisation globale.