Menu

Des enseignements en anglais : une chance pour l’exportation française !

 

Des enseignements en anglais : une chance pour l’exportation française !


Le niveau en anglais des cadres export français est trop faible par rapport à nos voisins européens, qui sont aussi nos concurrents sur les marchés export. Récemment une Loi a élargi la possibilité de proposer certains enseignements en anglais ; si cette Loi a pu compter de nombreux opposants, elle a pourtant de nombreux avantages pour l’exportation française :

L’anglais, un facteur évident de performance à l’exportation : une étude récente menée auprès de 100.000 salariés dans 58 pays établit une corrélation directe entre le succès à l’exportation d’un pays et son niveau moyen d’anglais. Cette étude place la France en antépénultième position en Europe pour la maitrise de l’anglais : C’est dire combien nous avançons avec deux énormes boulets : la barrière de la langue qui bloque objectivement un nombre considérable d’entreprises, et notre très mauvaise réputation dans ce domaine qui entrave de nombreuses ventes françaises à l’export.

Rehausser l’attractivité de notre enseignement supérieur auprès des étudiants non-francophones : proposer des enseignements en anglais de qualité donnerait à nos Universités et Grandes Ecoles une meilleure place sur la marché des étudiants étrangers non francophones ; le succès de l’INSEAD montre qu’à qualité d’enseignement équivalent (et dispensé en anglais) un asiatique ou un américain peut préférer étudier en France plutôt qu’aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou en Australie.

Maintenir notre attractivité auprès des étudiants francophones : 260.000 étrangers (notamment francophones) viennent étudier en France, soit 6% du marché mondial de l’éducation supérieure offshore. Ces étudiants seraient d’autant plus heureux de venir étudier en France si nous leur offrions également la possibilité d’étudier certaines matières en anglais.

Introduire progressivement des enseignements en anglais semble apparait ainsi un fort facteur d’accroissement de l’attractivité française, pour les acheteurs étrangers, et pour les étudiants étrangers.

 

La Fabrique de l’Exportation