Menu

Doter l’exportation française de porte-paroles

 

Représenter les exportateurs en désignant des porte-paroles


L’absence de fédération professionnelle ou d’une association pour représenter les exportateurs et défendre leurs intérêts est criante en France. La rotation importante au poste de Ministre du Commerce Extérieur (5 titulaires différents sur les cinq dernières années), la faible couverture médiatique de l’internationalisation des entreprises, font que le commerce international français souffre de l’absence de représentants, de porte-paroles.

Créer une fédération / association des exportateurs : il n’y a pas dans notre pays de grandes figures pour représenter les exportateurs, contrairement à l’Allemagne avec des fédérations existantes s’exprimant aux nom des entreprises. Les fédérations professionnelles verticales s’expriment très peu sur le sujet de l’exportation, car leur agenda est dominé par les sujets domestiques ; les syndicats l’ignorent et les responsables politiques l’associent trop souvent uniquement à la compétitivité alors que le sujet est plus large (et qui plus ils ne perçoivent pas l’exportation comme un sujet politique[1]).

Donner au commerce extérieur la place qu’il mérite dans le débat national français : les journalistes qui suivent le commerce international doivent aujourd’hui batailler avec leur rédaction pour publier un article traitant du commerce extérieur en dehors du commentaire des chiffres mensuels du commerce extérieur. Trop souvent abordé sous l’angle de ses composantes (compétitivité, industrie, mondialisation, emploi), on ne lui réserve malheureusement que trop peu d’espace. Produire des articles sur des développements export réussis de PME et ETI ou développer une presse spécialisée plus inspirée sont autant d’actions simples qui pourraient progressivement porter ce sujet à la connaissance du grand public.

Organiser des évènements en dehors du rendez-vous annuel de la publication des chiffres du commerce extérieur : pourquoi ne pas rassembler régulièrement l’ensemble des acteurs de l’écosystème du commerce extérieur autour d’une « journée de l’exportation », monter des évènements du type « BFM Awards de la performance à l’export » tel que BFMTV le fait depuis quelques années, organiser des rencontres entre chercheurs et praticiens ? Des actions simples qui permettront de porter le sujet de l’exportation à la connaissance du grand public et le rendront ainsi plus attractif. Une simple comparaison entre le nombre, la qualité et la diversité des événements liés au digital et ceux liés au commerce international montre bien combien ces derniers sont en retard !

Les exportateurs français ont besoin de vecteurs de représentation afin de leurs permettre d’être entendus et reconnus comme des acteurs essentiels de l’économie française, nous encourageons toute initiative qui pourrait aller dans ce sens.

[1] Il faut bien reconnaitre que personne n’a jamais été élu(e) en politique sur la promesse qu’il(elle) redresserait le commerce extérieur français ; mais en même temps personne n’a jamais essayé non plus.

 

La Fabrique de l’Exportation