Menu

Le protectionnisme n’est pas une protection !

MANIFESTE DU COMMERCE INTERNATIONAL EN FAVEUR DE LA MONDIALISATION

Manifeste  |  Publié le 30 avril 2017

 

Le protectionnisme n’est pas une protection,

c’est un risque d’appauvrissement pour tous les français !

 

La France réussira à redresser son économie en tirant parti de la mondialisation, et non en prenant le risque de s’en écarter !

Un manifeste signé par des entrepreneurs et praticiens du commerce international, convaincus que c’est l’ouverture au commerce – et non l’inverse – qui permettra à notre pays de créer de l’emploi.

Lien pour signer : https://www.change.org/p/le-protectionnisme-n-est-pas-une-protection-c-est-un-danger-pour-la-france 

 

Nous sommes des exportateurs, des entrepreneurs, des patrons de PME, des praticiens du commerce international. La France est le cinquième pays exportateur au monde et chaque jour 124 000 entreprises industrielles installées en France travaillent pour la demande mondiale, et plus encore d’entreprises de services. Ceci n’est possible que grâce à l’ouverture des marchés étrangers, contrepartie de l’ouverture du marché français, l’échange étant toujours basé sur la réciprocité. Directement ou indirectement ce sont plus de 5 millions de Français qui travaillent pour l’export, soit un emploi sur cinq. Adopter une posture protectionniste n’apportera pas la prospérité car elle nous fermera inévitablement en retour ces marchés et détruira de l’emploi en France.

Nous observons partout la croissance permise par l’expansion des échanges mondiaux : en 25 ans un quart de la population mondiale est sortie de la pauvreté, les pays les plus riches sont souvent les plus ouverts aux échanges[1]; la plupart des pays de la zone euro ont une croissance tirée par leurs exportations[2]. Et en particulier : les pays européens où le chômage est le plus bas sont ceux qui sont les plus ouverts à la mondialisation[3]. A l’inverse, ce sont des pays pauvres qui s’enferment dans une logique de repli protectionniste[4].

Ainsi ce n’est pas la mondialisation qui est à l’origine du chômage de masse en France ; elle constitue au contraire une opportunité pour le réduire. En effet, la croissance se trouve d’abord sur les marchés internationaux : 96,5% de la demande mondiale se trouve à l’extérieur de nos frontières alors que le marché français ne pèse que 3,5% du marché mondial. Seul le choix de l’ouverture permettra à nos entreprises d’en bénéficier pour créer des emplois.

Qui plus est taxer les importations ce serait donc in fine taxer nos exportateurs[5]. Car au-delà des bénéfices qu’en tirent les consommateurs des importations en termes de prix ou de variété, celles-ci sont aussi souvent des exportations. La valeur de nos exportations manufacturières se décompose en effet en trois tiers : un tiers de valeur ajoutée industrielle française, un tiers de services français achetés par les industriels français, un dernier tiers d’importations utilisées par nos entreprises industrielles.

La mondialisation, c’est aussi le mouvement international des entreprises et des personnes. Les 37 000 filiales à l’étranger de groupes français assurent le rayonnement de nos entreprises et permettent le rapatriement de 60 milliards de revenus de ces investissements, soit 2 000 euros par ménage français et par an. Un salarié français du secteur privé sur huit travaille dans une entreprise à capitaux étrangers[6], soit près de 2 millions d’emplois en France. Chaque année plus de 80 millions de touristes visitent la France ; chaque jour 360 000 travailleurs frontaliers français vont travailler à l’étranger (dont 160 000 pour la seule région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine)[7]. Il y a 2,4 millions de nos concitoyens qui vivent à l’étranger et font ainsi rayonner la France. Personne n’a intérêt à prendre le risque de déstabiliser ces échanges.

Car imposer des mesures protectionnistes, c’est prendre le risque d’initier un cycle qui mettrait à mal l’une des plus grandes sources de création de richesse déployée depuis des siècles. Loin de résoudre le chômage de masse dans notre pays, cela se traduirait par des pertes d’emplois massives. Depuis toujours le commerce international enrichit les parties prenantes, et a contrario il est prouvé que celui qui s’en écarte s’appauvrit au profit de ceux qui poursuivent l’échange.

Il nous semble donc essentiel de ne pas se lancer dans une aventure protectionniste sans avenir, mais de relever sérieusement et intelligemment les deux défis majeurs de l’économie de notre pays : (i) tirer le meilleur avantage des échanges internationaux, et (ii) travailler à améliorer la formation pour stimuler le marché de l’emploi.

 

[1] Etats-Unis, Allemagne, Scandinavie, Singapour, etc.

[2] Allemagne, Italie, Benelux, Espagne, etc.

[3] Allemagne, Royaume-Uni, Suède, Danemark, Suisse, Autriche, Pays Bas.

[4] Tanzanie, Bangladesh,…

[5] Chiffres basés sur le calcul usuel dit « commerce en valeur ajoutée ».

[6] Dans le secteur marchand, chiffres INSEE.

[7] Chiffres pour l’année 2012, enquête INSEE

 

 

Signataires (au 4 mai 2017) :

ALLOT Laurence, consultante export dans la vente et distribution de Vins et Spiritueux (49)

BABINET Gilles, entrepreneur et digital champion de la France à la Commission Européenne (75)

BARKI Jean-Marc, directeur d’une entreprise spécialisée dans la formulation de colles industrielles (62)

BENOLIEL Fabrice, fondateur d’une société de développement international des entreprises françaises (31)

BERNDT Chloé, directrice de projet d’une entreprise d’accompagnement des industriels à l’international (75)

BISI Emmanuel, directeur d’une société de conseil, d’accompagnement et de représentation à l’international (75)

BLANC Patrick, délégué général d’une fédération d’import-export de chaussures, de jouets et textile (75)

BOULET Stéphane, Conseiller du Commerce Extérieur (75)

BOURCIEU Édouard, représentant de la Commission européenne en France pour les questions commerciales (75)

BOURY Cécile, dirigeante d’une entreprise d’accompagnement à l’international (59)

BUHLER Fabien, président d’une société de commerce international à spécialisation industrielle (75)

BURGAUD François, président d’une association accompagnant les entreprises agro-industrielles à l’export (75)

CALOTA Ana-Maria, dirigeante d’un cabinet de gestion import-export (69)

CAPUTO Pascal, président d’une société d’accompagnement à l’international (75)

CASTILLO Céline, consultant en stratégie d’affaires à l’international (93)

CATANZARO Alexis, enseignant-chercheur en commerce international (42)

COLBALCHINI Bruno, études de marché région Amérique du Sud (69)

COLLA Enrico, professeur et responsable d’un centre de recherche sur le commerce international (75)

CORNEC Jocelyne, dirigeante d’une entreprise d’accompagnement à l’international (69)

COULIN François, président d’une entreprise de gestion export (38)

DANJOU Jean-Marie, délégué général d’une fédération d’entreprises industrielles (75)

DAVID Jean-Paul, président d’une entreprise d’experts-conseils en marketing international (75)

FROMANTIN Jean-Christophe, maire et député de Neuilly (75)

GAGNAIRE Jean-Louis, député de la Loire (45)

GENDRON Jean-François, président de chambre de commerce et d’industrie (44)

GEORGES François, délégué général d’une organisation mondiale des entreprises (75)

GESSLER Jean-Christophe, enseignant-chercheur en commerce international (75)

GIQUELLO Guy, président d’une fédération regroupant les TPE françaises (75)

GIRARD Jean, dirigeant d’une entreprise favorisant l’implantation d’entreprises en Argentine (Argentine)

GROSSER Michelle, déléguée générale d’une association accompagnant les entreprises agro-industrielles à l’export (75)

GUÉDON Sophie, formatrice consultante en commerce international (44)

GUICHARD Sophie, associée dans une société de conseil en financement des entreprises françaises (31)

GUILMOTO Jeremy, consultant dans une entreprise de services informatiques et de solutions d’entreprise (AFS)

GUYADER Hervé, avocat et président d’un comité pour le droit du commerce international (75)

HAYAT Philippe, président d’une association pour l’entrepreneuriat (75)

HERNIO Isabelle, responsable d’un groupement des exportateurs de meubles (75)

JACQUOT Laurent, chef de projet dans une société de dématérialisation des appels d’offres internationaux (75)

JALUZOT Béatrice, directrice d’un Institut de recherche sur l’Asie Orientale (69)

KELPEKIS Nikolas, consultant senior dans une association en faveur de l’Union Européenne (38)

LALU Vincent, président d’un magazine français spécialisé dans le commerce international (75)

LE COZ Sébastien, président d’une société de conseil opérationnel dédiée aux PME (92)

LEMAISTRE Benoit, responsable commercial dans une entreprise internationale de télécommunications (94)

LEMAISTRE Magali, déléguée générale d’une société de commerce international à spécialisation industrielle (75)

LERMITE Thomas, délégué général d’un Think Tank sur les pratiques exportatrices françaises (75)

LEURENT Arnaud, consultant expert auprès des chefs d’entreprise exportateurs (75)

MAKAN II Désire, gérant d’une société de conseil et de développement des entreprises en Afrique (75)

MARINÉ Laurent, directeur commercial d’une entreprise industrielle internationale (75)

MARTICORENA Mélanie, directrice export d’une société de commerce international à spécialisation industrielle (75)

MATHIEU Jean-Fabrice, responsable d’une entreprise exportatrice d’équipement pour cyclistes (13)

MAUMY Éric, président d’une société spécialisée dans la protection des entreprises à l’international (29)

MENKE Philippe, dirigeant d’une société spécialisée dans l’accompagnement d’entreprises vers l’International (35)

MERMET Thierry, président d’une société d’accompagnement en Asie du Sud-Est (Vietnam)

MOGOS DESCOTES Raluca, enseignant-chercheur en commerce international (57)

MOUTON Jocelyne, dirigeante d’une entreprise d’accompagnement des TPE et PME à l’international (95)

NASTORS Jacqueline, consultante spécialisée dans la promotion de salons professionnels en Afrique de l’Ouest (Ghana)

NICOLINO Christine, consultante en commerce international spécialisée sur l’Afrique (75)

ONUR Ilker, dirigeant d’une société d’accompagnement à l’implantation des entreprises en Turquie (Istanbul)

PAGE Audrey, directrice marketing international dans une maison de champagne (75)

PINOT Florence, directrice d’un centre d’études et de recherche sur l’Amérique latine (75)

PONS Léa, responsable de projets d’une confédération regroupant des PME exportatrices (75)

REFFO Olivier, directeur d’une TPE accompagnant les entreprises en Amérique du Nord (Canada)

SCAPPATICCI Marion, membre d’une fondation pour les relations entre entreprises africaines et françaises (75)

SEJOURNE David, président d’une société de conseil à l’international secteurs Santé et Numérique (75)

VAUCHEZ Etienne, président d’une entreprise de solutions web et logicielles pour le commerce international (75)

VIRY Hélène, responsable stratégie dans une entreprise d’accompagnement en Amérique Latine (91)

VOLOT Jean-Claude, président d’une ETI spécialisée dans les outils de maintenance aérospatiale (31)

ZINSOU Lionel, économiste et ancien Premier Ministre du Bénin, président de AfricaFrance (75)

 

Ce manifeste a été conçu et rédigé par le Think Tank La Fabrique de l’Exportation